Référencement d'élevage canins et félins
Tele-Animaux.com. Actualités, reportages, vidéos sur les animaux de compagnie
 
Fiche pratique » Santé
Comment savoir qu’elle va mettre bas?, le 28 Mai 2007
Beaucoup de chiennes étant stérilisées ou sous surveillance constante de leur maître, la plupart des gestations sont souhaitées et la date de saillie connue. C’est un premier indice pour calculer l’arrivée des chiots, mais il y en a d’autres.

Si vous comptez sur les signes cliniques – comme l’augmentation de la taille des mamelles, la prise de poids, l’abdomen qui s’arrondit et l’augmentation de l’appétit –pour savoir si votre chienne attend des petits ou pas, vous risquez d’être prévenu bien tardivement. En fait, après une saillie fructueuse, la chienne met bas dans les 58 à 70 jours qui suivent, avec une moyenne à 63 jours. Grâce au dosage sanguin de la progestérone, une hormone qui reflète l’activité placentaire, le calcul est beaucoup plus précis : lorsque le taux de progestérone connaît un pic, la mise bas se produira dans un délai de 63 à 65 jours. Le temps de tout préparer…


Sous haute surveillance

• Pendant la gestation : la palpation utérine, dès 3 semaines de gestation, permet au vétérinaire de confirmer le diagnostic de la grossesse chez la chienne. Mais pour en avoir le cœur net et, surtout, savoir combien il y aura de petits (une indication très utile pour les éleveurs), rien ne vaut l’échographie. Différents tableaux de référence existent, selon les races. Grâce à des mesures précises au niveau des parties du corps des chiots, le vétérinaire peut donner la date de la mise bas, à 24 heures près, avec une faible marge d’erreur.

• A l’approche du jour J : environ une semaine avant la mise bas chez la chienne qui a déjà eu des petits (mais seulement 2 à 3 jours avant chez la chienne pour qui il s’agit de la première portée), vous pouvez observer une montée laiteuse. A partir du 54e jour suivant la saillie, il est conseillé de prendre la température de sa chienne deux à trois fois par jour : elle chute de 1°C dans les 24 heures précédant la mise bas. Autre signe d’appel important : la perte du bouchon muqueux (sorte de glaire qui tombe de la vulve), qui annonce le début du travail dans les 24 heures qui suivent. Enfin, même si ce n’est pas très scientifique, la plupart des chiennes modifient leur comportement dans les heures qui précèdent la mise bas : elles sont agitées, grattent le sol, s’isolent ou, au contraire, ne quittent plus leur propriétaire !


A vous de jouer !

Quand les signes avant-coureurs de la mise bas se sont manifestés, préparez une caisse et du linge propre, dans une pièce correctement chauffée. Habituez votre chienne à y venir souvent afin que cet endroit lui soit familier. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à attendre. Si votre chienne a eu une échographie et que vous savez très exactement combien de chiots sont attendus, cela facilite la surveillance du travail. Il faut appeler le vétérinaire de toute urgence si, 24 heures après la perte du bouchon muqueux, il n’y a toujours pas de naissance ou si elle met bas un ou deux chiots à une heure d’intervalle puis, plus rien, alors que d’autres chiots sont attendus. D’une façon générale, plus une portée compte de chiots, plus ils sont de petite taille par rapport aux normes de la race, et moins la chienne a de difficultés à les avoir…


Du côté des chattes…

Bien que les vétérinaires ne cessent de prôner de la stériliser pour lui éviter plus tard bien des problèmes (à commencer par les tumeurs mammaires), trop de propriétaires s’aperçoivent encore que leur chatte attendait des petits… le jour où elle revient avec ! Heureusement, la plupart se débrouillent fort bien toutes seules, hormis les chattes de la race des persans, qui nécessitent plus fréquemment que les autres une césarienne (leurs contractions sont plus souvent inefficaces lors du travail).
Auteur :
En collaboration avec